19.Outils

On m’a tant aidé pour ce blog que je me dois d’offrir à mon tour quelques-unes des ficelles qui m’ont été données.
En revanche pour la traduction de cette page («Tools») de l’anglais, comme je ne possède pas d’ordinateur français, je vous serais reconnaissant de me le dire (dans «Leave a Reply») si j’ai estropié le nom d’un bouton ou d’une touche. Pour les fenêtres intruses une image PDF de la capture d’écran me serait très utile. Merci.
La première ficelle est que, pour vous faciliter beaucoup les choses, il faut transformer en fichier ASCII (.txt) tout ce que vous désirez copier dans votre blog. Donc pour insérer les DOCUMENTS (LibreOffice/MsWord/etc.) dans un blog (WordPress dans mon cas) il est bon d’en faire d’abord des fichiers ASCII (.txt) et si besoin de les éditer avec un éditeur de texte.
David Hatton (voir “Remerciements”) m’a appris à le faire :
1. OUVRIR le document dans sa forme d’origine (LibreOffice/MsWord/etc.)
2. VÉRIFIER qu’il est au complet.
3. Cliquer à gauche sur «Fichier».
4. Cliquer à gauche sur «Enregistrer sous».
5. Remplacer les lettres après le point (.) par «txt» du nom de fichier dans la fenêtre intruse (en haut de l’écran).
6. Vérifier que le nom de fichier est maintenant «xxxxxxx.txt».
7. Cliquer à gauche sur «Type de Fichier» dans la fenêtre intruse (bas de l’écran) pour ouvrir la liste des choix.
8. Cliquer à gauche sur «Text (txt)» (1) dans le menu déroulant.
9. Cliquer à gauche sur «Enregistrer».
10. Cliquer à gauche sur «Utiliser le Fichier ASCII» (1) pour répondre à la question.
11. C’EST TOUT. Maintenant fermez votre document d’origine (LibreOffice/MsWord/etc…).
12. VÉRIFIER que le fichier «xxxxxxx.txt» que vous avez créé est maintenant enregistré et qu’il est au complet.
13. OUVREZ-le à nouveau dans votre éditeur de texte, par exemple «notepad++» pour Microsoft ou bien «Gedit» pour Linux, etc…
14. Mettre en surbrillance la partie du texte de «xxxxxxx.txt» que vous désirez insérer dans votre blog.
15. Cliquer à gauche sur «Éditer».
16. Cliquer à gauche sur «Copier».
17. Réduction du fichier ASCII («xxxxxxx.txt»).
18. OUVRIR l’interface de l’administrateur du blog (1), «WordPress back-end» dans mon cas.
19. Activer la PAGE où vous désirez insérer le passage que vous avez choisi dans 16 ci-dessus.
20. Mettez votre curseur à l’endroit exact où vous désirez l’insérer.
21. Touche RETOUR plusieurs fois pour créer des lignes vierges autour de la position de votre curseur.
22. Cliquer à gauche sur «Éditer».
23. Cliquer à gauche sur «Coller».
24. VÉRIFIER que tout est OK. Corriger si nécessaire.
25. Cliquer à gauche sur «METTRE À JOUR».
26. Quitter votre blog.
27. Rouvrir l’interface de l’utilisateur du blog (1), «front-end» dans mon cas pour «Wordpress».

La seconde ficelle concerne la protection du numérotage des pages du blogue. Cette protection n’est pas évidente car WordPress parfois renumérote les pages automatiquement. Ma solution (trouvée dans un forum de blogueurs) est d’utiliser un numérotage alpha-NUMÉRIQUE . Afin de forcer un éventuel renumérotage automatique à respecter votre numérotage il suffit de numéroter vos titres des pages-de-blogue sans laisser aucun espace entre le chiffre et les mots du titre.

La troisième ficelle concerne la création d’un TIRAGE (un «samizdat») des pages-de-blogue du blogue. Quand le contenu de votre blogue est controversé, il faut absolument en tirer un samizdat à cause des développements de la «guerre contre la terreur» et à cause des efforts de la «NSA» et de la «CIA» pour espionner les communications électroniques du monde entier. Bien que la Justice américaine s’efforce d’étendre aux communications électroniques la protection du «Premier Amendement» de la Constitution des États-Unis, cela ne vous servirait à rien si votre blogue était déconnecté sans laisser de trace. Voici un moyen fastidieux, mais facile et sans risque, de créer votre propre samizdat.

1. Ouvrez l’application frontale de votre blogue.

2. Imprimez la première page de blogue («Accueil», ou autre nom). Ses pages de l‘imprimante seront numérotées, par exemple, «1 sur 3», «2 sur 3» et «3 sur 3». Conservez ce numérotage, et toute autre information (date, etc…) comme ils sont.

3. Numérotez manuellement ces pages (dans l’exemple ci-dessus : 1, 2, et 3).

4. Gardez-les, à l’envers pour préserver l’ordre des pages (voir ci-dessous).

5. Recommencer les mêmes opérations (c-à-d. les étapes 2 à 4) avec la seconde page de blogue .

6. Continuez à faire cela avec chacune des pages de blogue, jusqu’à ce que vous ayez imprimé, et numéroté manuellement, toutes les pages (sur papier) de tout votre blogue.

7. Ce document imprimé sur papier est votre samizdat : il est identique au blogue et il peut être reproduit de la même façon que le faisaient les savants russes quand ils étaient sous la botte du régime soviétique.

MISE À JOUR DE VOTRE SAMIZDAT

Cette mise-à-jour est elle aussi fastidieuse mais facile et sans risque. Ce qui suit concerne les misesà-jour importantes. Les coquilles et petites erreurs peuvent être corrigées à la main. Le plus souvent les misesà-jour importantes augmentent le nombre des pages de l‘imprimante de la page de blogue concernée. Prenons un exemple dans ce blog. Quand j’ai ajouté à sa page de blogue appelée «Outils» les instructions pour «créer votre propre samizdat» cela lui a ajouté une page de l‘imprimante . Donc «Outils» a maintenant les pages (de l‘imprimante ) «1 sur 3», «2 sur 3» et «3 sur 3». Pour éviter de recréer tout le samizdat voici ce que vous faites :

1. Ouvrez l’application frontale de votre blogue.

2. Imprimez SEULEMENT la NOUVELLE page de blogue «Outils». Ses pages de l‘imprimante sont maintenant numérotées : «1 sur 3», «2 sur 3» et «3 sur 3». Conservez ce numérotage, et toute autre information (date, etc…) comme ils sont.

3. Numérotez manuellement ces pages : 46, 47 et 47(a) (dans notre exemple, voir ci-dessus). N.B. : C’est ce 47(a)” qui vous évite de refaire tout le samizdat.

4. Remplacez manuellement, dans votre samizdat, l’ancienne page de blogue «Outils», qui n’avait que deux pages de l‘imprimante , par la nouvelle avec 3 pages de l‘imprimante . C’est tout !

N.B. : Si vous lisez l’«Appendix A» du livre «“WORDPRESS the missing manual” (ISBN : 978-1-449-30984 [LSI])» vous trouverez peut-être un raccourci pour créer le samizdat. Visitez aussi : http://my.safaribooksonline.com .

EN OUTRE

Pour un blogueur qui a des raisons de craindre que son blog soit mis hors service «SpiderOak cloud-saving» est un autre genre de Samizdat surtout en préservant sa dimension «Zero-knowledge» (voir www.spideroak.com ).

De plus SpiderOak fera la mise à jour automatique de ce «genre de Samizdat» (avec «Zero-knowledge» si vous ne l’avez pas débranché).

En revanche, n’oubliez pas que votre “SpiderOak cloud-saving” pourrait lui-aussi être mis hors service sous la contrainte des «grands bienfaiteurs du genre humain» comme les États-Unis et leurs serviles alliés y-compris la France et l’Australie. Donc je recommande l’utilisation de ces deux Samizdats en même temps et la mise à jour permanente du tirage de la copie.

Une dernière recommendation:

Glenn McIntosh (de «LUV», voir «Remerciements») m’a fait remarquer que, si un blog reçoit beaucoup de visites, avec beaucoup de feed-back, mon astuce du Samizdat sera rapidement débordée. Pour l’instant je n’ai pas eu à me soucier de cela ( mon blog pourrait presque figurer au Livre des records de MacMillan comme le moins visité!) mais, si le votre reçoit beaucoup de visites et de réponses vous pourriez essayer de les archiver séparément dans une sorte de «Samizdat numérique sur USB».

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s